Accueil du site / l’ensemble des travaux par ordre chronologique / 2008 / INSIDE/OUTSIDE Brugge

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Mots-clés

Le géant M. m’a servi de cheval de Troie. Grâce à lui, nous avons pu, moi et mon équipe, caméra à l’épaule, pénétrer dans le centre fermé de Bruges où Madé passa plus d’une bonne semaine.

Le géant M. m’a servi de cheval de Troie. Grâce à lui, nous avons pu, moi et mon équipe, caméra à l’épaule, pénétrer dans le centre fermé de Bruges où Madé passa plus d’une bonne semaine.

Madé venait de Bali.

Elle accompagnait des amis français qui sont venus s’installer à Bruxelles, et ses papiers à elle, étaient en cours de régularisation…C’était d’ailleurs ça le début de sa mésaventure…Ils étaient en cours… La police décida de l’emmené menottes aux poings, au centre fermé de Bruges. (cf. exposition "INDONESIE !", De Bond , Bruges) : http://www.emiliolopez-menchero.be/spip.php ?article44

En prétextant que nous voulions entretenir les « habitants » du CIB (Centrum voor illegalen te Brugge) nous avons pu établir une rencontre directe, réelle avec les "habitantes".

La caméra suit la promenade du géant M. au visage rose peau, habillé d’une chemise et d’une cravate, suivant les standards occidentaux, à travers le centre historique de Bruges.

Le parcours est jalonnée d’une série d’interviews. Je demandais aux touristes, en filmant leurs visages, s’ils avaient ce genre de personnage dans leurs traditions.

Exactement les mêmes questions furent demandées aux « habitantes » du centre fermé mais là, en filmant les pieds. Les histoires racontées diffèrent, les histoires débordent du cadre…Les unes parlent de joie, de fête, les autres de pesanteur et d’attente.

Le montage final du film fut en partie censuré par les responsables du centre, prétextant des raisons de sécurité et aussi, du fait des prises de vues sur les portes et clôtures grillagées et les fils barbelés, qui n’étaient pas en accord avec le principe du lieu.

En aucun cas on ne peut montrer une image carcérale …Un décret de la commission européenne stipule que ces centres ne peuvent être assimilé à des prisons, donc aucune image ne peut officiellement suggérer l’idée d’une prison.